Vendredi 13/07/2018

Message du bord #3

Message du bord #3

52 47 304 N
18 51 292 W

 

Bonjour à tous, Difficile de vous transférer les vidéos, mais si on relativise, c’est déjà difficile d’avoir du réseau partout sur la terre ferme, alors au beau milieu de l’Atlantique Nord… et pourtant nous sommes capables de marcher sur la Lune ! Alors voilà, depuis mon dernier message, nous n’avons eu que de la pétole. C’est à dire pas de vent, nada quechi, niente, zéro.  » Ha ! Tu vas voir ! Une transat de l’Atlantique Nord ! » me disaient les anciens, » tu vas ramasser ! Le froid, la fatigue tout ça….mais surtout l’humidité ». Pour l’instant, rien. À bord, c’est plutôt la guerre des nerfs, à scruter chaque risée, exploiter chaque brin de vent, abattre, construire sa vitesse et relofer… Heureusement pour nous, Pen-Duick VI est un vrai racer, très performant dans le petit temps. Je dois admettre que c’est très bizarre d’avoir toujours le même horizon autour de soi.

 

En général, la mer, sa consistance, ses vagues, la houle, tout change et déforme l’horizon. En ce moment, la seule chose qui change est la lumière. Les couchers de soleil durent 2h30, il ne fait pas nuit avant minuit, le soleil se couche au Nord-Ouest non plus à l’Ouest, se lève au Nord-Est, non plus à l’Est… Un peu comme si nous n’avions eu qu’une seule journée avec plein de siestes. Et depuis ce matin, les visages ont changé. Les derniers fichiers météo se confirment, les uns à la suite des autres, annonçant du vent pour demain. L’Atlantique Nord va nous offrir notre première belle dépression. Les fichiers nous prédisent un bon 45 knt ( soit 80km/H) sachant qu’il faut en général rajouter 15%. En gros ça va cogner, et pour un moment.

 

Pour l’instant, le VI allonge la foulée, galopant sur les vagues entre 9 et 10 knt. De temps à autres, il tape sur la crête des vagues dans un rugissement sourd et en faisant vibrer son gréement, comme pour dire à l’Océan que le Black Shark est là, et bien prêt. Nous en profitons pour nous placer correctement afin de ne pas subir cette dep et de l’utiliser comme un ascenseur pour le Groenland. Nous commençons à réduire la toile, vérifions le pont, organisons l’intérieur. Un mélange d’excitation et d’appréhension règne à bord. Pour certains, ce sera leur baptême du feu…

 

Bonne nuit, et bon quart à tous !